Cases, bulles et phylactères
 

La fille au loup - Chamouraï et les quarante voleurs - Chamouraï et la flûte des ancêtres
Netherlander - Tom le Garrek - Les nuits d'Öropa : Guewan - Les nuits d'Öropa : Effigie
Les nuits d'Öropa : Le Misentrope - Lord Badger - Monsieur Noir - Summerhill
Suzy et le roi des naufragés

26 avril 2005 : Je commence tout doucement à remplir mes pages. Vous trouverez les fichiers pour Effigie, le Misentrope, Monsieur Noir et Summerhill. Pour le reste, j'ai un gros boulot de scannage que je n'ai pas trop le temps d'effectuer là tout de suite. Et définitivement, je raconte des conneries quand je suis énervé (cf ci-dessous... Se relire avec six mois d'écart peut provoquer de graves quintes de toux... mais bwarfff !!! ;) )

25 Novembre 2004 : Je suis en train de me relire. Je sens que je vais pas me faire que des amis. Mais franchement, je m'en fous. Si les gens peuvent pas encaisser des critiques, qu'ils aillent se faire mettre. Si je suis plus jamais édité à cause de ma grande gueule de gros con, ben tant pis. L'humanité passera à côté d'un nouvel Altamira (du nom du célèbre peintre ibérique spécialisé dans les fresques animalières...)

23 novembre 2004 : Lorsque la première version de ce site est montée en ligne, il y a trois ans, mon premier bouquin devait sortir à la fin du mois. J'étais foutrement excité et motivé - bien que déjà à l'époque, certains indices laissaient à penser que tout ne se passait pas de la manière la plus correcte et la plus respectueuse.

Effectivement, depuis j'ai eu moultes occasions de me lamenter et de désespérer de ce métier. J'ai même failli tout envoyer ballader tant les éditeurs se comportent comme des gougnafiers et des maquignons. Et puis, avec Ballon-Taxi qui est entré dans ma vie et pour lequel je bosse à temps complet et avec beaucoup de plaisir, la Bande dessinée est redevenue ce qu'elle n'aurait jamais dû cesser d'être : un bonheur personnel.

J'ai donc décidé de me foutre de l'opinion des éditeurs, des directeurs de collections et de leurs suzerains, les gros cons de commerciaux et d'actionnaires. Et depuis, ça va vachement mieux dans ma tête et je suis beaucoup plus serein. Je fais mes trucs et je suis bien content. S'ils en veulent, très bien pour eux et pour moi. S'ils en veulent pas, je ne les voue même plus aux gémonies. Qu'ils se démerdent et qu'ils crèvent de leur cholestérol !

Quand je vois les saloperies que ces enculés font aux auteurs (et aux libraires et aux lecteurs) - qui sont ceux qui les nourrissent tout de même - je suis bien content qu'une interface comme internet existe pour permettre à ceux qui ne veulent pas de ce putain de système (où l'argent est un veau d'or bien gras) de faire plaisir à autrui en faisant un beau bras d'honneur aux vrp multicartes de la BD.

Et donc, vous trouverez ici plein de trucs GRATUITS : des projets achevés ou non, refusés ou édités mais indisponibles, des découpages, des histoires en images, des scénarios, etc.. Bref, tout ce qui encombre mes cartons depuis mes débuts et qui vaut (ou pas) le coup d'être lu. (Je vais quand même trier un peu...) Tout ça, c'est pour ceux qui aiment les histoires bêtes, ou ceux qui veulent voir à quoi ressemble le travail de préparation d'une BD, ou qui sont curieux.

Alors, on pourra me dire que je suis un vieil aigri qui n'a même pas été capable de se faire éditer, et que ce que je propose, c'est n'importe quoi et à rien que de la crotte électronique. Et en plus je la ramène en faisant mon intéressant, celui qui sait de quoi il cause, non mais n'importe quoi !

Ben ouais.

C'est possible.

Mais je m'en fous. Parce que c'est mon site et que j'en fais ce que j'en veux. Parce que ça fait dix ans que je bosse pour apprendre à raconter des histoires. Parce que le peu d'expérience que je possède, j'ai envie de la partager et pas de la rentrer en moi comme un gros frustré. Parce que expliquer les choses, ça permet d'avancer et de comprendre. Parce que c'est du boulot gratos que je propose, éh patate. Et parce que j'aime bien mes histoires, sinon je les écrirais pas. Et que comme je les aime bien, je veux que les autres les aiment bien. Et que pour que les autres les aiment bien, il faut qu'ils puissent les lire. Et zou.

C'est pourquoi je proposerai aussi un truc qu'il me reste à écrire, parce que j'en ai besoin. Comme je fais des interventions dans les écoles pour présenter le boulot d'auteur et d'illustrateur, que j'anime des ateliers et que j'ai toute l'année l'occasion de voir des travaux sur internet et de les critiquer pour la plus grande joie et la plus grande terreur de leurs auteurs, je vais écrire un petit bouquin pour expliquer les bases de l'illustration et de la bande dessinée. Des trucs simples, les règles de base qu'on galère des années à apprendre dans son coin. Et ce sera gratos pour vous, heureux veinards !

Parce que l'école ne fait pas son boulot. Avec cette putain de méthode globale, les gamins n'apprennent plus à lire. Et en plus, on ne les aide pas non plus à décrypter et à lire les images, comme si c'était un truc super évident. Or moi, il m'a fallut des années pour apprendre à les lire et à les dessiner, ces p*** d'images. Et je crois pas être trop con.

Donc, voilà... Plein de trucs. Du bombage de torse, le rouge au front quand même, et un beau doigt tendu à ceux qui ne font plus leur travail littéraire et ne sont plus les érudits que les éditeurs furent jadis.

 

La fille au loup

Voici mon tout premier scénario de BD, sur une histoire originale de Monsieur Patrice Hoareau. Développé et dessiné en 1997, je l'avais envoyé à tous les éditeurs accompagné de quatre planches (j'avais refait encore et encore les deux premières pendant des mois, en m'épuisant dessus... plus jamais ça !) Plein de refus. A part un monsieur des Humanoïdes Associés qui m'avait gentiment répondu. Il aimait beaucoup le scénario mais me conseillait de retravailler mon dessin ou de trouver un collègue. J'étais très content et très déçu à la fois.

 

Chamouraï et les quarante voleurs

Ma première bédé éditée. Le scénario est de Monsieur Tarek, qui depuis fait une belle carrière chez Soleil, et les couleurs de Monsieur Darwin, qui a l'oeil absolu et est mon compagnon de route en bd depuis le début ou presque... Chamouraï a été dessiné entre décembre et avril 2001 et est sorti aux éditions Pointe Noire en septembre 2001. On a été payé au lance-pierre mais bon, c'était la première... on était quand même très content et on croyait encore les misérables promesses des maquignons.

 

Chamouraï et la flûte des ancêtres

Ma deuxième bédé éditée, toujours chez Pointe Noire, avec les mêmes collègues que précédemment. Elle a été dessinée en mai 2001 et est sortie en février 2002. Pour celle-là, je n'ai jamais touché un rond. Ce qui nous a permis de récupérer les droits de reproduction et de diffusion avant que la boite ne coule, victime des escroqueries de son boss (qui a enflé à peu près tous les auteurs de son écurie.) Ensuite, on a signé chez Soleil pour faire un troisième tome et pour ressortir les deux premiers. Mais comme Hachette, le distributeur, a continué à vendre nos livres alors qu'ils auraient dû partir au pilon (H. devait se rembourser de tout l'argent que Pointe Noire leur devait), Soleil a estimé que le risque commercial est trop grand et a brisé le contrat sans préavis ni discussion... Il y aurait beaucoup plus à dire, mais bon, la rancune est une sale maladie qui donne mauvaise haleine. Je préfère passer et conserver les bons souvenirs : les supers séances de dédicaces, avec plein de monde et surtout ! que des filles de 4 à 84 ans !!! C'était chouette et très plaisant, tendre et affectueux, très motivant ! (surtout quand j'entendais les discussions stupides des p'tits boutoneux qui voulaient des nénettes à poils juste à côté, yerk yerk yerk !!! faudrait vous écouter un peu, les gars, quand même !)

Moralité : la bd pour fille, ça existe et c'est vachement bien...

 

Netherlander

Ce projet a été monté en août/septembre 2001. Je l'ai présenté à Pointe Noire qui devait l'éditer... Mais bon, des promesses, encore et toujours !

Le projet n'est jamais allé plus loin que beaucoup de recherches grahiques et le découpage complet du premier tome. Après, ma fille est née et j'ai fait neuf mois de maçonnerie et de menuiserie pour réparer ma ruine de maison et faire à mes douces un nid douillet.

C'est une histoire de Space Opera dans un univers qui donna aussi un jdr, trois planches pour Angoulème et un autre bout de projet... C'ets du pulp, ça bouge, ça latte, ça fonce, c'est drôle (enfin, je l'espère) et voilà...

 

Tom le Garrek

Ceci est un tout petit bout de truc qui précéda Lord Badger de quelques semaines ou mois (je ne sais plus). Un entraînement au découpage et une petite histoire en écriture automatique. Mais c'est amusant, non ?

 

Les nuits d'Öropa : Guewan

Un scénario écrit sur la route, en revenant de Quai des Bulles à St Malo en 1998. C'était un projet cadré pour la collection Comix chez le Cycliste. J'avais pu rencontrer l'éditeur sur son stand. Après l'envoi des planches en décembre, il m'a fait poireauter cinq mois avant de me dire qu'il avait perdu mon dossier. Je l'ai donc renvoyé. Et il m'a encore fait attendre jusqu'à l'année suivante, d'abord en me disant que mon projet avait été sélectionné et qu'il était lu plus finement par le comité éditorial, puis que le projet était égaré chez un collaborateur, puis il a carrément arrêté de répondre au téléphone. Je lui ai dit mon fait au festival 99 et il était assez péteux. Depuis, quand on se croise, il détourne les yeux et ne m'adresse pas la parole, étant toujours très occupé par un détail urgent à régler. Moi je me marre, parce que c'est un con et que j'ai rien à cirer de sa gueule, de ses états d'âme et de sa petite minuscule boite d'escroc (il a une sale réputation chez les auteurs)...

Guewan était le premier scénario de bd écrit dans l'univers d'Öropa, dont nous jetions les bases à la même époque. Il mettait en scène Roger et Ogotil, deux personnages féeriques majeurs de la cité européenne. C'était un petit conte, mal tourné mais plein d'un certain humour de rôliste. Ce n'était pas un super projet certainement, et je ne pense pas qu'il méritait sa place dans une quelconque collection en toute objectivité. Mais bon, personne n'aime être pris pour un con.

 

Les nuits d'Öropa : Effigie

L'un des mes derniers projets, Effigie a été composé à partir de trois petits dessins réalisés par Jonathan Garnier, un jeune dessinateur manchot (je veux dire par là qu'il habite la Manche, bien sûr). A partir de ses donzelles, j'ai écrit une histoire, ensuite perfectionnée au cours d'un stage de scénariste avec Didier Dieter, en avril 2003. Par la suite, Jonathan n'a pas voulu ou pu poursuivre la collaboration, j'ai donc pris les choses en main graphiquement. Effigie était mon projet le plus ambitieux et le plus abouti à la rentrée 2004. J'en suis très fier car je pense qu'il est réellement prometteur - grâce notamment au déblocage de Monsieur Joe G. Pinelli qui m'a bien conseillé, grâce lui soit rendu (deux merveilleux parrains se sont penchés sur cette histoire). Malheureusement, les éditeurs ne veulent pas de mon dessin "trop jeunesse" pour des histoires aussi "adultes". Alors, bon... tant pis. C'est rien que pour vos yeux. Et ici, le doc de présentation écrit, avec des gros morceaux du scénario.

 

Les nuits d'Öropa : Le Misentrope

Voici un bout de scénario/histoire/projet pas encore ficelé parce que je ne trouve personne pour le dessiner. Je pense à quelqu'un en particulier, mais je sais qu'il est très pris. Alors je vous le livre en l'état, pour que vous vous fassiez une idée des stades de travail des projets. C'est ici, en vrac. Peut-être que ça n'aboutira jamais... ce ne sera pas la première fois.

 

Lord Badger

Sans doute l'un de mes plus beaux projets, celui auquel je suis le plus attaché sentimentalement, en tout cas. Il a été écrit en quelques jours fiévreux de novembre 2001, directement en découpage d'une traite, alors que ma femme était loin de moi, attendant notre bébé à proximité de l'hôpital (à la maison, on était loin et sans confort). J'étais comme en suspension, attendant le coup de fil qui me ferait avaler cent trente bornes pour assister à l'accouchement. En attendant, je compensais en écrivant fébrilement. Et voilà. En plus Darwin avait accepté de faire les couleurs... Plus tard, quand les éditeurs décidèrent que mon trait ne convenait pas à l'histoire et qu'ils ne parviendraient jamais à le vendre, Darwin a repris le dessin. Sans plus de succès pour le moment... Alors, en attendant, voici le découpage qui se lit comme une BD achevée. Note du 26 avril: En fait, Loïc Senan a repris à son tour le projet. Donc, on attend de voir ce qui en sort pour le montrer ici !!!

 

Monsieur Noir

Voici un projet complètement personnel, un essai, un exercice même. Plus tard, il parut dans un fanzine vitréen. Il date de 2002, il me semble. C'est le tout début d'une histoire en trois cent pages, dont le scénario est quelque part dans un coin de mon cerveau, en attente d'une motivation pour éclore. C'est ici.

 

Summerhill

Summerhill est un projet monté en septembre 2001, en collaboration avec Pascal Guillout, dit PtiTroll. On était excédé par les sempiternels bd fantasy qu'on voyait dans le commerce et qui étaient d'une affligeante nullité. Passionnés de SF et de Fantasy, il nous semblait que la littérature avait définitivement mille longueurs d'avance sur la bd dans le domaine. Notamment à cause du manque d'imagination et d'originalité de nombreux scénaristes sans talents et sans recul, et de dessinateurs complètement soumis à une pensée "heroïc Fantasy" unique... On a voulu faire quelque chose pour que ça change, pour proposer un truc plus dur, plus vif et plus rigolo. Plus tard, après redessin, le projet fut présenté à Vent d'Ouest qui le refusa à cause du dessin "jeunesse". Il faudrait que je refasse des planches, mais j'attends de progresser un peu et de mieux maîtriser le crayon pour y replonger. En tout cas, les trois premières planches, dans la version 2003, sont ici. (Les scans sont tout pourris mais c'est quand même lisible...)

 

Suzy et le roi des naufragés

Ceci est un projet jeunesse - l'histoire d'une petite souris qui va à la mer, tombe dans l'eau et vit des aventures fantastiques - que j'ai scénarisé pour une dessinatrice nommée Gibie. C'était un beau projet qui fut malheureusement refusé par plusieurs maisons d'éditions pour des raisons inconnues. Nous avions eu des rapports réguliers avec ces boites et il semblait que ça aller passer... Et hop, d'un coup, c'était "non" pour des raisons de programme éditorial déjà trop lourd. Bon tant pis.